Close

Abonnez-vous au Hiring Lab d’Indeed Canada

Restez au courant des dernières nouvelles

Les carrières que les Canadiens ne veulent pas abandonner


Le salaire, les compétences et les perspectives de carrière sont des facteurs de décision.

Points importants :

  • Selon les données d’Indeed, beaucoup de chercheurs d’emploi explorent de nouveaux domaines. Cependant, cette tendance est moins présente chez certaines catégories de travailleurs qui explorent d’autres domaines moins souvent, surtout ceux ayant une expérience récente dans les secteurs des technologies et de la santé. Chose étonnante, les travailleurs des secteurs du transport, du travail de bureau et de l’administration font également partie de ce groupe.
  • Conséquences pour les chercheurs d’emploi : Les jeunes Canadiens qui cherchent une carrière à long terme associée à de belles perspectives devraient se tourner vers les domaines des technologies et de la santé. Toutefois, de manière générale, les chercheurs d’emploi qui ne sont pas entièrement satisfaits de leur poste actuel peuvent se rassurer : l’exploration de nouvelles possibilités est la norme.
  • Conséquences pour les employeurs : Selon le poste en question, les employeurs qui peinent à pourvoir des postes peuvent élargir dans une mesure importante leur bassin de candidats en portant davantage attention aux compétences applicables qu’à l’expérience. 

Le marché du travail canadien est constamment en mouvement, comme en témoignent les centaines de milliers de personnes qui commencent un nouveau travail ou qui quittent leur emploi tous les mois. Ce roulement ne se maintiendrait pas si les chercheurs d’emploi cherchaient uniquement de nouvelles possibilités correspondant à leur expérience récente. En réalité, les gens sont beaucoup plus flexibles. Les données d’Indeed suggèrent qu’il est assez fréquent pour les chercheurs d’emploi d’envisager un changement de carrière.

Nous évaluons la fréquence à laquelle les chercheurs d’emploi envisagent de changer de poste en comparant leur expérience de travail la plus récente (à partir des appellations d’emploi figurant sur les CV téléversés sur Indeed) avec les types de postes sur lesquels ils cliquent. Après avoir attribué les appellations d’emplois à l’un des 23 groupes généraux, nous évaluons la fréquence à laquelle les chercheurs d’emploi cliquent sur les postes affichés qui ne correspondent pas à leur catégorie. Citons, par exemple, un camionneur qui clique sur une offre d’emploi ne correspondant pas au transport ni au déplacement de matériel.

Les Canadiens explorent souvent de nouvelles possibilités de carrière. En fonction de leurs derniers postes, on constate souvent que plus de la moitié des clics des chercheurs d’emploi sont associés à des offres qui ne correspondent pas à leur domaine le plus récent. Cette situation s’explique probablement en partie par le fait que les chercheurs d’emplois commencent par faire une recherche générale. Toutefois, ceci reflète peut-être aussi le degré de fluidité à l’échelle des différents postes du marché du travail canadien.

Quelles sont les carrières que les gens ont le moins tendance à vouloir quitter?

L’intérêt envers de nouveaux domaines diffère grandement en fonction de l’expérience de travail récente. Quelques facteurs généraux peuvent expliquer en partie cet écart. Tout d’abord, les personnes qui avaient un emploi mieux rémunéré, d’après l’évaluation des salaires moyens associés aux offres d’emploi affichées sur Indeed, ont moins souvent tendance à cliquer sur des offres associées à un autre domaine. Si la recherche d’emploi d’une personne n’est pas urgente, elle risque moins de chercher un emploi correspondant à un échelon salarial inférieur. 

Ensuite, les personnes dont la dernière expérience de travail était associée à de nombreuses offres d’emploi affichées ont également un peu moins tendance à cliquer sur des offres d’emplois d’autres domaines. Si un chercheur d’emploi fait face à des possibilités limitées dans son domaine, il aura davantage tendance à aller cliquer ailleurs.

Cependant, certains domaines retiennent beaucoup plus l’attention des travailleurs que d’autres, même en tenant compte de l’échelle salariale et des offres d’emploi affichées.

Les techniciens, y compris les personnes qui possèdent une expérience récente à titre d’ingénieur en logiciels et de développeur Web, ont rarement tendance à vouloir quitter leur domaine. Environ sept appellations d’emploi sur 15 associées au taux de clics le plus faible correspondent à des postes en informatique ou en ingénierie, comme celui de concepteur mécanique. En raison des compétences spécialisées et des perspectives positives à long terme liées à ces postes, il y a peu d’intérêt à regarder ailleurs.

Les hygiénistes dentaires, les infirmiers autorisés et les infirmiers auxiliaires autorisés ont également tendance à chercher un emploi dans le domaine de la santé. Le marché de ces praticiens est favorable aux chercheurs d’emploi et ces trois emplois nécessitent une formation spécialisée qui rend le changement de carrière moins intéressant.

Plus surprenant encore, les emplois où les gens restent plus souvent dans leur domaine actuel sont les camionneurs, les adjoints administratifs/réceptionnistes et les commis administratifs Cela illustre une tendance globale chez les travailleurs ayant de l’expérience dans le domaine du transport ainsi qu’en travail de bureau et en administration. Ceci pourrait s’expliquer par une proportion plus élevée de travailleurs plus âgés dans ces domaines.

Changement de carrière et marché du travail canadien

Les secteurs pour lesquels les gens ont le moins tendance à explorer de nouvelles carrières sont ceux comprenant des postes avec un avenir prometteur. Certains de ces emplois relèvent des technologies et de la santé, domaines qui, selon les prévisions, attireront un plus grand nombre de travailleurs et prendront davantage d’importance. Cependant, les gens qui exercent certains emplois des domaines du transport et du soutien de bureau ont également moins tendance que la moyenne à chercher un emploi dans un autre domaine que le leur. On cite souvent ces emplois comme étant les plus exposés au risque de perturbations au cours des prochaines années. En fonction des postes les plus récents qu’ils ont occupés, certains chercheurs d’emploi aimeraient rester dans le même domaine en raison des perspectives prometteuses. Cependant, d’autres personnes exerçant un emploi dans un domaine avec de moins bonnes perspectives pourraient choisir de garder leur emploi, n’étant pas convaincus de trouver du travail ailleurs.

Le fait est que pour de nombreux chercheurs d’emploi, l’exploration de nouvelles possibilités de carrière est la norme, et non l’exception à la règle. Cette flexibilité révèle des aspects tant positifs que négatifs du marché du travail canadien. Dans certains cas, cela montre la proportion de jeunes et de personnes insatisfaites de leur domaine actuel qui cherchent un nouvel emploi, ainsi que le dynamisme économique global lié à la transition des travailleurs vers des secteurs dont la demande est meilleure.

En même temps, elle montre aussi le statut d’emploi précaire de nombreux Canadiens. Même si le taux de chômage a atteint globalement un niveau historiquement bas, les personnes qui ont besoin de trouver rapidement un nouvel emploi n’ont pas toujours le temps d’attendre de trouver un poste qui correspond à leur expérience de travail récente. Celles-ci peuvent devoir composer avec l’emploi qu’elles réussiront à trouver.

Selon le poste offert, les employeurs qui ont de la difficulté à pourvoir certains postes peuvent élargir leur bassin de candidats en assouplissant leurs exigences relatives à l’expérience, et mettre davantage l’accent sur les compétences transférables. C’est ce que beaucoup d’entre eux font déjà. Selon Statistique Canada, environ la moitié des emplois canadiens vacants au cours de la dernière année étaient accessibles aux personnes ayant moins d’un an d’expérience. Dans ce cas-ci, les employeurs dont les postes sont accessibles aux débutants devraient connaître la situation du marché du travail dans d’autres secteurs que le leur. Un marché généralement plus tendu complique parfois l’embauche, même si l’expansion de son propre secteur n’est pas rapide.  

Méthodologie

Nous attribuons les appellations d’emploi à des groupes d’emplois généraux, c’est-à-dire les codes de la classification type des professions (CTP) à deux chiffres établis par le U.S. Bureau of Labor Statistics. Les clics des chercheurs d’emploi sont désignés comme étant des clics de changement de carrière si ces personnes consultent des offres appartenant à des groupes d’emplois différents de ceux des appellations d’emploi les plus récentes sur leur CV.Les corrélations décrites dans le document montrent une régression au niveau de l’appellation d’emploi pour les postes avec au moins 1 000 CV téléchargés sur Indeed Canada, sauf pour les appellations d’emploi qui ne se rapportent pas à un groupe de postes spécifique. Par exemple,