Intérêt mondial dans les emplois en technologie au Canada : augmentation de 58 % depuis 2015


À retenir :

  • La part des clics étrangers pour des offres d’emploi en technologie au Canada a presque atteint 15 % en février passé, une augmentation de 58 % par rapport au début 2015 où elle était légèrement supérieure à 9 %.
  • Les chercheurs d’emploi étrangers ont généré une très grande part de clics pour des postes bien payés, mais difficiles à combler, en développement de logiciels.
  • Très populaires au pays, la plupart des postes de soutien informatique et de technicien génèrent moins de clics à l’étranger.
  • Tout porte à croire que cette hausse de l’intérêt à l’étranger a fortement contribué à la multiplication des emplois canadiens en technologie, sans toutefois nuire aux chercheurs d’emploi au pays.

Postes en technologie au Canada : hausse de l’intérêt à l’étranger

Ces dernières années, le secteur florissant des technologies au Canada a fait l’objet d’une grande couverture médiatique dans le monde. D’après les articles, l’intérêt prononcé des chercheurs d’emploi à l’étranger envers les technologies au Canada a donné un sérieux coup de pouce à ce secteur, parallèlement au resserrement de la politique américaine en matière d’immigration. Il est difficile toutefois d’en saisir encore toute l’ampleur. Quelle est leur place dans le marché des technologies au Canada et quelle en a été l’évolution dans les dernières années?

Les données d’Indeed sur la recherche d’emploi indiquent une hausse marquée des clics étrangers dans le domaine des technologies au Canada. La part des clics étrangers pour des offres d’emploi en technologie au Canada a presque atteint 15 % en février passé, une augmentation de 58 % par rapport au début 2015 où elle était légèrement supérieure à 9 %.

Ce sont surtout les postes spécialisés qui sont touchés, eux qui comptent pour plus de 25 % des clics d’offres de développeur de logiciels et d’ingénieur. En général, les postes qui génèrent beaucoup de clics à l’étranger sont difficiles à combler. Et même s’ils sont bien payés, ils recueillent généralement moins de clics par offre que d’autres postes du même secteur. N’eût été l’intérêt des dernières années dans les technologies canadiennes, il aurait été encore plus difficile de les pourvoir. Tout porte donc à croire que la hausse de la popularité à l’étranger a été un vecteur de la croissance rapide des dernières années.

La hausse de la part des clics de l’étranger ne vient pas des États-Unis

We track foreign interest in Canadian tech jobs by calculating the share of monthly clicks on tech-related job postings in Canada on Indeed coming from IP addresses outside Canada. Pour suivre l’intérêt étranger dans les emplois en technologie au Canada, nous calculons la part des clics mensuels pour des offres sur Indeed provenant d’adresses IP à l’extérieur du pays. Il y a plus de 500 postes dans ce domaine, qu’il s’agisse d’employés de soutien technique ou d’ingénieurs en apprentissage machine. Au total, ils comptaient pour un peu moins de 6 % des offres d’emploi au Canada en 2018.

Au début de 2015, les clics de l’extérieur du Canada représentaient légèrement plus que 9 % du total pour les emplois en technologie au Canada. La part n’a cessé d’augmenter graduellement en 2017 et est restée élevée en 2018. En février 2019, les chercheurs d’emploi étrangers représentaient presque 15 % des clics pour les offres d’emploi en technologie au Canada, une augmentation de 58 % en part de clics par rapport à 2015. Globalement, ces données confirment la hausse de l’intérêt des chercheurs d’emploi à l’international pour les technologies au Canada.

Étonnamment, cette hausse de l’intérêt ne provient pas des États-Unis. Si on exclut un bref pic au lendemain de l’élection présidentielle de 2016, la part des clics américains se maintient autour de 4 %.

En fait, ce sont les chercheurs d’emploi en Inde qui ont le plus contribué à la hausse des clics de l’étranger. Le phénomène existait déjà avant 2017, mais les clics ont doublé durant l’année, passant de 2 % à 4 % pour les emplois en technologie au Canada. Cette situation concorde d’ailleurs avec un article que nous avons précédemment fait paraître, qui relatait l’intérêt croissant des chercheurs d’emploi de l’Inde pour le Canada. À l’heure actuelle, l’Inde et les États-Unis recueillent sensiblement le même nombre de clics, ce qui tranche avec le début de 2015, où les clics américains pour des postes en technologie dépassaient ceux de l’Inde dans un ratio de 2,5 pour 1.

La hausse ne se limite pas à ces deux pays. En effet, les chercheurs d’emploi étrangers, si on exclut les États-Unis et l’Inde, sont passés de 4 % à 9 % des clics totaux pour des postes en technologie au Canada depuis le début de 2015.

Ce sont le Royaume-Uni, le Brésil et la France qui composent en bonne partie ce groupe. Cela dit, ensemble, ils représentaient en 2018 moins de 10 % du total des clics étrangers pour des postes en technologie au Canada. Quoi qu’il en soit, cela confirme que la hausse de l’intérêt est bel et bien un phénomène mondial.

Intérêt marqué à l’extérieur du Canada pour les postes de développeur 

En 2018, la part des intérêts étrangers dans les emplois canadiens en technologie variait en fonction du poste. Dans le cas de plusieurs postes de développeur (Android, Python, etc.) et d’ingénieurs (réseaux, infonuagique, etc.) – généralement spécialisés et bien rémunérés –, plus d’un quart des clics étaient attribuables à des chercheurs d’emploi étrangers.

En revanche, ces derniers représentaient moins de 10 % des clics dans plusieurs autres types d’emplois en technologie, notamment des postes de soutien, à bas salaire (technicien en informatique, analyste en assistance technique, etc.). Plusieurs postes de direction dans ce secteur attirent peu. Et même si certains d’entre eux récoltent beaucoup de clics, les chiffres restent dérisoires si on les compare à ceux du Canada.

Les chercheurs d’emplois étrangers : plus attirés par les postes difficiles à pourvoir et bien payés

Les offres en technologie qui génèrent habituellement le moins de clics sont celles qui suscitent le plus d’intérêt des chercheurs d’emploi étrangers. En 2018, les postes pour lesquels plus de 14 % des clics venaient de l’étranger recueillaient au total 37 % moins de clics par offre d’emploi que les autres postes.

Or, qui dit faible nombre de clics par offre dit probablement faible nombre de candidats et difficultés d’embauche. On peut donc penser que, si ce n’était du grand intérêt de l’étranger, certains postes, déjà peu populaires, seraient encore plus difficiles à combler. À l’inverse, on remarque que la part de clics de chercheurs d’emploi étrangers pour des emplois en technologie est faible lorsque l’intérêt au Canada est très élevé.

Les chercheurs d’emploi étrangers sont aussi responsables d’une plus grande part de clics concernant les postes en technologie les mieux payés. En moyenne en 2018, le salaire annuel des emplois qui les attirait s’élevait à 77 000 $, comparativement à 63 000 $ pour les autres postes du secteur. De ce portrait, il faut cependant exclure les postes de cadres, bien rémunérés, qui d’ordinaire retiennent moins leur attention.

L’intérêt des chercheurs d’emploi étrangers : vecteur de croissance des technologies au Canada

Plusieurs villes canadiennes figurent au palmarès des endroits où les emplois technos ont connu la plus forte croissance en Amérique du Nord ces dernières années. À la lumière de nos résultats, il y a lieu de croire que les chercheurs d’emploi internationaux ne sont pas étrangers à ce phénomène. Il est à noter que la part croissante de clics de l’étranger pour les emplois en technologie survient au moment où grimpe le taux d’emploi des nouveaux arrivants récemment diplômés de l’université. Ajoutons enfin que les chercheurs d’emploi étrangers récoltent beaucoup de clics pour les emplois spécialisés de développeur, postes qui seraient encore plus difficiles à combler sans eux.

Il est donc permis de penser que cette hausse de l’intérêt n’a probablement pas de répercussion négative sur les chercheurs d’emploi canadiens. En fait, les chercheurs d’emploi étrangers comptent pour moins de 10 % des clics dans plusieurs postes en technologie où l’intérêt est déjà très élevé au Canada. Et même dans le cas des postes qui les intéressent le plus, les salaires élevés et le nombre relativement faible de clics en provenance de l’étranger suggèrent que les perspectives demeurent excellentes pour les Canadiens qui ont les compétences recherchées.

Méthodologie

Pour suivre l’intérêt étranger envers les emplois en technologie au Canada, nous calculons la part des clics mensuels pour des offres sur Indeed provenant d’adresses IP à l’extérieur du pays. Nous avons inclus les postes dont l’intitulé est générique, mais qui font partie des 560 postes qui ont trait au développement, à l’application ou à la maintenance des technologies de l’information.  

Nous avons basé nos analyses du nombre total de clics par offre d’emploi et de la moyenne salariale sur les chiffres annuels de 2018 des postes en technologie (minimum de 50 000 clics dans l’année). Nous avons normalisé les clics par offre d’emploi, où la moyenne pondérée est fixée à un. Les lignes pointillées dans les deux diagrammes de dispersion sont des estimations de coefficients significatives tirées de régressions linéaires pondérées.

Retour en haut de page

Abonnez-vous au Hiring Lab d’Indeed Canada

Restez au courant des dernières nouvelles