La politique d’immigration américaine mousserait la popularité du Canada auprès des chercheurs d’emploi étrangers


Les Indiens de plus en plus nombreux à orienter leur recherche d’emploi vers le pays à la feuille d’érable

Les politiques d’immigration canadienne et américaine sont aux antipodes : les États‑Unis prennent des mesures de réduction de l’immigration, alors que le Canada a accueilli un nombre record de nouveaux venus dans la dernière année.

Pour le Canada, la question est de savoir si ces changements rendent le pays plus populaire qu’avant auprès des chercheurs d’emploi étrangers. Ceux qui ont essayé de s’installer aux États‑Unis se tournent‑ils maintenant vers le Canada? Nous nous sommes penchés sur cette question au moyen des données de recherche d’emploi d’Indeed, qui indiquent à la fois les pays au sujet desquels les chercheurs font leurs recherches et ceux d’où ils les font.

Nous avons dégagé des tendances saisissantes. Presque deux fois plus d’Indiens cherchent un emploi au Canada qu’il y a deux ans. Quant aux États‑Unis, ils ont perdu une part considérable des recherches en provenance du deuxième pays le plus populeux au monde, principalement au profit du Canada. Chose certaine, les Indiens sont toujours plus portés à chercher du travail aux États‑Unis qu’au Canada, mais l’écart se rétrécit. Ce changement pourrait s’avérer une bénédiction pour le secteur technologique canadien, puisqu’une grande partie des recherches en provenance de l’Inde sont pour des emplois dans ce secteur.

On constate également que l’intérêt envers le Canada est légèrement en hausse dans certains pays d’Amérique latine, où la popularité de l’« Oncle Sam » diminue ces dernières années. Le Mexique et le Brésil se démarquent par leur population parmi les pays en provenance desquels les recherches d’emploi au Canada ont augmenté tandis que diminuaient les recherches d’emploi aux États-Unis. Toutefois, contrairement à la situation de l’Inde, le Canada récupère une portion plutôt minime de la perte des États‑Unis, la plupart des recherches lancées dans ces pays étant orientées vers d’autres contrées.

La popularité du Canada en croissance chez les chercheurs d’emploi étrangers

Pour mesurer le changement dans la popularité du Canada et des États‑Unis auprès des chercheurs étrangers, nous avons analysé la destination des recherches transfrontalières dans 58 pays de tous les continents. Plus particulièrement, nous nous sommes demandé si, parmi les recherches effectuées à l’étranger, les parts du Canada et des États‑Unis avaient changé entre août 2016 et juillet 2018.

Dans l’ensemble, le Canada est de plus en plus populaire auprès des chercheurs d’emploi étrangers. Dans 41 pays sur 58 survolés, sa part des recherches a augmenté, et elle a baissé dans seulement 17 pays.

Toutefois, dans la majorité des cas, la hausse de la part des recherches du Canada ne correspond pas à une baisse de celle des États‑Unis. De fait, dans 25 des 41 pays où la popularité du Canada a augmenté, celle des États‑Unis a fait de même.

Il n’en demeure pas moins que dans 16 pays, dont plusieurs d’importance, la part du Canada a augmenté alors que l’intérêt relatif pour les États‑Unis a chuté. De façon générale, les États‑Unis attirent toujours plus de recherches dans ces pays que le Canada, mais l’écart entre eux deux s’est rétréci, et de façon marquée dans certains cas.

L’intérêt des chercheurs d’emploi indiens se déplace des États‑Unis vers le Canada

C’est en Inde que le déplacement de l’intérêt des chercheurs d’emploi des États‑Unis vers le Canada a été le plus marqué. Du mois d’août 2016 à juillet 2018, la part américaine des recherches depuis l’Inde est passée de 60 % à 50 %, alors que celle du Canada a augmenté de 6 % à 13 %. Cette réduction nette de 17 points de pourcentage est la plus élevée entre tous les pays analysés.

Le déplacement de l’intérêt en Inde s’expliquerait en partie par le récent raffermissement du programme de visas H1‑B des États‑Unis pour ceux qui se cherchent un emploi très spécialisé. En 2017, les trois quarts des visas ont d’ailleurs été remis à des travailleurs indiens. Et comme le processus de demande est maintenant plus exigeant, certains chercheurs pourraient s’intéresser davantage au Canada.

Mesurer les effets des changements dans le programme de visas américain n’est pas chose simple. Certaines données portent à croire à un effet direct : les chercheurs d’emploi indiens cherchent désormais plus souvent au Canada des postes hautement spécialisés potentiellement touchés par les changements au programme H1‑B, comme les analystes d’entreprise, les ingénieurs mécaniques et les développeurs de logiciels. De plus, alors que la popularité du Canada était déjà à la hausse, sa part des recherches en provenance de l’Inde a connu un pic marqué vers la fin de 2017, justement à l’entrée en vigueur des exigences plus strictes du programme de visas H1-B.

Cela dit, d’autres facteurs hormis les politiques d’immigration entrent aussi en ligne de compte. Il faut savoir que la part des recherches aux États‑Unis en provenance de l’étranger était déjà en déclin dès la moitié de l’année 2016, avant la modification de la politique d’immigration américaine, déclin qui s’est poursuivi tout au long de 2017. De plus, l’essor du secteur technologique au Canada éveille probablement l’intérêt des « techno talents » étrangers. Tout compte fait, ces tendances bénéficient au secteur technologique canadien, vu la prédominance des deux côtés de la frontière de travailleurs indiens hautement spécialisés.

L’avance des États‑Unis sur le Canada dans les recherches d’emploi a également diminué dans plusieurs pays d’Amérique latine. La part des recherches aux États‑Unis en provenance du Panama, du Brésil, de l’Uruguay et du Mexique a chuté d’au moins neuf points de pourcentage depuis deux ans, alors que l’intérêt des chercheurs d’emploi pour le Canada a augmenté.

Par ailleurs, la hausse de la popularité du Canada chez les chercheurs d’emploi latino-américains est modeste comparativement à la diminution des recherches aux États‑Unis. Par exemple, tandis que la part des recherches aux États‑Unis en provenance du Mexique a chuté de 70 % à 61 %, la part du Canada, elle, a crû de 8 % à 9 %. Hormis pour l’Inde, la chute de la popularité des États‑Unis a motivé l’intérêt des chercheurs d’emploi des pays analysés vers une grande variété d’autres pays, dont le Canada.

La popularité du Canada potentiellement influencée par les politiques d’immigration nationale et étrangères

Malgré des politiques d’immigration contraires, la popularité relative du Canada et celle des États‑Unis ont suivi sensiblement les mêmes tendances dans la plupart des pays analysés. En somme, dans les pays où l’intérêt des chercheurs d’emploi s’est déplacé des États-Unis vers le Canada, il est évident que le contexte politique entre en jeu. En Inde, le raffermissement des programmes américains pour les travailleurs étrangers hautement qualifiés contribue certainement à la hausse marquée des recherches au Canada. Quant au déclin de la popularité des États‑Unis dans plusieurs pays d’Amérique latine, il peut également s’expliquer par le contexte d’immigration américain, qui bénéficie à d’autres pays, dont le Canada.

Méthodologie
Nous avons examiné le comportement des chercheurs d’emploi sur Indeed d’août 2016 à juillet 2018 dans les pays comptant un site Web Indeed en août 2016, à l’exception de la Chine et de la Norvège. Pour chaque pays, nous avons considéré comme une recherche d’emploi à l’étranger toute recherche dont l’adresse IP du chercheur était associée à un pays différent de celui où la recherche était faite. Nous avons ensuite calculé la part du Canada et des États‑Unis de ces recherches d’emploi à l’étranger.

Hormis le Canada et les États‑Unis, 58 pays ont été analysés (en ordre alphabétique de code IP) : les Émirats arabes unis, l’Argentine, l’Autriche, l’Australie, la Belgique, Bahreïn, le Brésil, la Suisse, le Chili, la Colombie, la République tchèque, l’Allemagne, le Danemark, l’Équateur, l’Égypte, l’Espagne, la Finlande, la France, le Royaume-Uni, la Grèce, Hong Kong, la Hongrie, l’Indonésie, l’Irlande, Israël, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Corée du Sud, le Koweït, le Luxembourg, le Maroc, le Mexique, la Malaysie, le Nigéria, les Pays‑Bas, la Nouvelle‑Zélande, Oman, le Panama, le Pérou, les Philippines, le Pakistan, la Pologne, le Portugal, le Qatar, la Roumanie, la Russie, l’Arabie saoudite, la Suède, Singapour, la Thaïlande, la Turquie, Taïwan, l’Ukraine, l’Uruguay, le Vénézuéla, le Vietnam et l’Afrique du Sud.

Retour en haut de page

Abonnez-vous au Hiring Lab d’Indeed

Restez au courant des dernières nouvelles