Close
S'inscrire à Indeed Hiring Lab France

Suivre nos actualités

Enquête Indeed auprès des chercheurs d’emploi (juillet/août 2021)


La première édition de notre enquête révèle des chercheurs d’emploi plutôt à l’écoute du marché, confiants et prêts à changer de secteur pour faire avancer leur carrière.

Principaux enseignements : 

  • En juillet-août 2021, un peu plus de 4 personnes sur 10 déclarent rechercher un emploi, dont la moitié activement.
  • Le salaire, l’évolution de carrière et les divers avantages monétaires ou non monétaires sont les principales raisons qui motivent une recherche d’emploi, avant les problèmes rencontrés avec l’employeur actuel.
  • La situation des candidats varie, notamment au regard de l’urgence de retrouver un emploi. Les actifs disposant de peu d’épargne et les jeunes sont plus susceptibles de vouloir trouver un poste très rapidement.
  • Les candidats savent faire preuve de flexibilité : environ un sur trois se dit prêt à travailler dans un domaine ou secteur qu’il ne connaît pas forcément.

Afin de documenter et éclairer l’évolution du marché du travail pendant la reprise, Indeed réalise tous les mois une étude sur le comportement de chercheurs d’emploi. Cette enquête se veut le complément naturel de nos points de suivi bimensuels sur l’évolution des offres d’emploi sur Indeed.fr.  Cette première livraison revient sur les deux enquêtes réalisées au cours de l’été, en juillet et en août, et permet d’analyser le comportement des candidats dans un contexte de pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs.

Des actifs globalement attentifs aux opportunités sur le marché du travail

Bien qu’environ 3 sondés sur 4 déclarent ne pas chercher activement un emploi, notre enquête dresse un panorama relativement équilibré du comportement des candidats potentiels sur le marché du travail français. Plus de 20 % d’entre eux affirment ainsi rester à l’écoute des sollicitations des recruteurs, même s’ils ne cherchent pas activement. Entre 20 et 25 % des sondés sont en recherche active, dont un peu moins de la moitié considère leur recherche comme « urgente » (9,2 % des sondés en juillet, 11,4 % en août).

Cet histogramme présente la situation des candidats potentiels vis-à-vis de la recherche d’emploi, en proportion des sondés âgés de 18 à 64 ans, pour les mois de juillet et août 2021. Cinq modalités sont possibles : recherche active et urgente, recherche active non urgente, pas en recherche mais ouvert(e) aux propositions, pas de recherche mais pourrait le faire à l’avenir, pas de recherche et ne pense pas en faire.

Symbole de la pénurie de main d’œuvre actuelle, environ 46 % de ceux qui recherchent un emploi pensent pouvoir trouver sous un mois. Certains candidats peuvent d’autant plus faire preuve d’optimisme que le volume des offres d’emploi se trouve actuellement plus de 16 % au-dessus de son niveau d’avant-crise. À l’inverse, un sondé en recherche sur cinq doute de sa capacité à décrocher un poste rapidement.

Cet histogramme présente l’avis des candidats sur la possibilité de trouver un emploi, en proportion des sondés qui cherchent un emploi, pour les mois de juillet et août 2021. Cinq modalités sont possibles : pas du tout confiant, peu confiant, neutre, plutôt confiant, confiant.

Les questions financières toujours dominantes dans les motivations

Sans trop de surprise sans doute, le salaire est la principale raison motivant une recherche d’emploi, avant l’évolution de carrière et les avantages, monétaire et non monétaires. Ces trois facteurs pris globalement reviennent dans près de 42 % des réponses des sondés en recherche. Dans 11 % des cas, ce sont des problèmes avec l’entreprise ou le management actuels qui sont d’abord cités par les répondants. Les questions d’horaires de travail, de flexibilité, le télétravail ou encore la durée du trajet domicile-travail sont également cités dans plus de 5 % des réponses.

Cet histogramme présente les raisons motivant la recherche d’emploi, en proportion des sondés qui cherchent un emploi, pour les mois de juillet et août 2021. Quatorze modalités sont présentées, les trois plus fréquentes étant l’augmentation de salaire, l’évolution de la carrière et l’amélioration des avantages.

Parmi les sondés qui considèrent leur recherche comme urgente, c’est l’insuffisance de l’épargne qui arrive de loin comme principal facteur, dans un cas sur trois en juillet et même près de 39 % en août. Une première entrée sur le marché du travail ou un déménagement récent sont également cités comme raisons expliquant l’urgence de la recherche. La fin des allocations chômage arrive « seulement » en quatrième position dans les réponses. 

Cet histogramme présente les raisons expliquant l’urgence des recherches, en proportion des sondés qui cherchent un emploi en urgence, pour les mois de juillet et août 2021. Neuf modalités sont présentées, les trois plus fréquentes étant l’épargne insuffisante, l’entrée sur le marché du travail et le déménagement.

Cette hiérarchie change si l’on sonde les personnes dont la recherche d’emploi n’est pas urgente. Dans ce cas, c’est la présence de personnes à charge (notamment des enfants) qui est avancée pour justifier le caractère non urgent de la recherche, avant la possession d’une épargne suffisante pour patienter. Le contexte sanitaire dégradé revient également souvent dans les réponses, ainsi que la problématique du handicap ou le cumul d’un emploi avec des études, deux facteurs qui sont souvent cités parmi les répondants qui ont sélectionné « Autre » (+ 7 points entre juillet et août).

Cet histogramme présente les raisons expliquant l’absence d’urgence des recherches, en proportion des sondés qui cherchent un emploi non urgence, pour les mois de juillet et août 2021. Huit modalités sont présentées, les trois plus fréquentes étant la présence de personnes à charge, l’épargne suffisante pour patienter et un ensemble d’autres raisons.

Enfin, les chercheurs d’emploi restent dans l’ensemble désireux d’élargir leur horizon puisque plus d’un tiers d’entre eux se déclare prêt à accepter un poste dans un domaine éloigné de leurs précédents postes, voire dans n’importe quel domaine. Cette proportion a connu une augmentation sensible sur le mois d’août, ce qui est encourageant dans un contexte de pénurie de main d’œuvre et d’asymétrie croissante entre l’offre et la demande sur le travail.

Cet histogramme présente dans quelle mesure les candidats potentiels sont ouverts à la mobilité sectorielle, en proportion des sondés qui cherchent un emploi, pour les mois de juillet et août 2021. Six modalités sont présentées, en fonction du secteur et du type de poste, en plus de la situation des candidats qui entrent sur le marché du travail (premier emploi).

Méthodologie

Cet article de blog se fonde sur un sondage en ligne réalisé par Lucid pour Indeed auprès de 4000 adultes résidant en France âgés de 18 à 64 ans. Des pondérations ont été appliquées à chaque question pour rester représentatif de la population en termes d’âge, de sexe et d’éducation, sur la base des données de l’Insee et de l’Ined.