Chiffres du chômage au troisième trimestre : l’attractivité du marché du travail en question


L’Insee devrait annoncer le 14 novembre prochain une nouvelle baisse incrémentale du chômage, dans la continuité de la tendance observée depuis 2015. Le nombre de chômeurs de longue durée, en baisse de 0,4 point de pourcentage sur un an, sera également un indicateur à surveiller puisqu’il permet de mesurer la capacité du marché du travail à intégrer les personnes les plus éloignées de l’emploi.

C’est pourtant le taux d’activité qui mériterait d’être au centre de l’attention des observateurs, puisqu’il mesure la taille du marché du travail lui-même et donc la capacité d’une économie à proposer du travail à sa population. Celui-ci baisse de 0,2 point sur le trimestre précédent et le nombre de personnes dans le « halo autour du chômage » (qui regroupe les personnes qui sont considérées comme inactives mais qui voudraient quand même travailler) avait connu un fort rebond pour revenir à un niveau d’environ 1,5 million.

Une focalisation excessive sur le taux de chômage risque d’éclipser le danger d’une progression de l’inactivité, aussi problématique pour le financement du système de protection sociale qu’un chômage élevé. Le problème est particulièrement préoccupant chez les jeunes, qui ont vu leur taux d’activité baisser de 0,6 point au deuxième trimestre.

Retour en haut de page

S'inscrire à Indeed Hiring Lab France

Suivre nos actualités